Les piscines naturelles

On les appelle aussi baignades biologiques, naturelles ou piscines biologiques. Elles ne disposent ni de groupe de filtration, ni de traitement chimique de l’eau, et s’appuient sur les plantes et les bactéries pour autoépurer l’eau, sur le principe naturel du lagunage.

Bioteich - Olivier Andre
Le bassin de nage se dessine au centre du bassin de filtration, recouvert de plantes et de galets. Procédé Biotech - conception Olivier Andre -photo Vision 360

L’Afnor parle de « baignade artificielle » et lui refuse le qualificatif de piscine, car elle ne dispose pas d’un groupe de filtration ni de traitement chimique de l’eau. Du côté des professionnels, la dénomination de « baignade biologique » semble faire consensus. Ce type de baignade a été mis au point en Allemagne, Autriche et Suisse avant d’arriver en France. Leur succès reste modeste comparé aux piscines classiques, même si les trois principales marques installées en France annoncent des chiffres en progression. La technique est particulière, et ne peut être proposée que par les fabricants eux-mêmes, ou par des pisciniers spécialisés. Ces bassins sont soumis aux mêmes règles d’urbanisme que les piscines « classiques ». Une norme est en cours d’élaboration par le ministère de la Santé pour les baignades biologiques publiques.

Piscine naturelle ou baignade biologique ?

L’eau est traitée sur le principe du lagunage, une technique naturelle d’épuration basée sur celle des lacs ou plans d’eau naturels. Il s’agit de faire transiter l’eau dans des bassins en utilisant la faune (micro-organismes), la flore et les UV pour une auto-épuration naturelle. Certaines piscines « naturelles » ajoutent un traitement de l’eau par UV ou ozone. On ne peut dès lors plus les considérer comme baignades biologiques, du fait du traitement biocide.

Le principe de la baignade biologique

La baignade biologique est composée de deux zones au minimum, qui ont chacune leur rôle. Un bassin de baignade proprement dite et un bassin de filtration avec un filtre granulaire vertical où les plantes aquatiques (joncs, phragmites, iris…) filtrent l’eau et absorbent les matières organiques à l’origine de la pollution. On adjoint parfois une troisième zone, appelée bassin de régénération, peu profond et souvent recouvert de galets et planté. Il a une fonction esthétique, et permet aussi de réchauffer l’eau sous l’action du soleil et des galets avant de la renvoyer dans la zone de bain. Il arrive que bassin de filtration et bassin de régénération soient traités en un seul espace, dont la taille (entre 0,3 et 1 fois celle du bassin de baignade) varie selon le volume d’eau à traiter et la fréquence d’utilisation du bassin.
L’eau circule entre les différentes zones grâce à une pompe et à la gravité, et une chute d’eau est parfois prévue pour accroitre l’oxygénation de l’eau.
Les plantes aquatiques (appelées aussi macrophytes) sont choisies pour leur capacité à absorber les particules organiques et oxygéner l’eau. Près de 70 plantes sont possibles, on les choisit toujours en fonction de la région où elles seront implantées.

Bionova
Principe de filtration d'une baignade naturelle Bionova.

Une grande liberté de formes

Les différents bassins peuvent être fondus en un seul plan d’eau, à la façon d’un petit étang naturel, sans béton, ou semi maçonné, avec la zone de baignade délimitée par une paroi visible sous l’eau, à la façon d’une piscine qui aurait débordé sur les côtés. Ces bassins peuvent aussi être séparés, donnant alors l’impression d’une piscine classique près de laquelle se trouverait une mare avec plantes aquatiques. Elle peut donc être traitée à la façon d’un étang avec ponton en bois et margelles plantées de végétaux, ou selon une forme géométrique simple, type rectangle ou couloir de nage.

Entretien de la baignade biologique

La baignade demande un certain entretien. Vider les skimmers, aspirer (avec un balai manuel) ou enlever à la main les algues sur les galets, et nettoyer le fond du bassin environ une fois par semaine, comme dans toutes les piscines. Il existe quelques robots qui fonctionnent avec ce type de baignades, notamment la série Bio des robots Dolphin (Maytronics). Il faut prévoir également un peu de taille des végétaux.

Avantages d’une piscine naturelle

Sans chlore ni aucun produit de traitement, l’eau a un pH proche de 8, idéal pour notre santé : fini les yeux rouges, les mycoses, et les éventuelles allergies. La nature est elle aussi respectée, car aucun produit nocif n’est rejeté dans le jardin ou à l’égoût. L’intégration paysagère est particulièrement réussie, et la baignade reste belle même en hiver, sans couverture.

Inconvénients de la piscine naturelle

La consommation d’eau, due à la surface de l’eau, l’éventuelle cascade et le fait que ce bassin n’est jamais couvert est importante. Il faut compter environ 40 m3/an pour le renouvellement de l’eau d’une piscine de 100 m2 (toutes zones) contre 15 m3 pour une 4×8 m classique (donc à surface de baignade comparable). La consommation électrique est elle aussi accrue car la pompe ne s’arrête jamais, pour assurer le mouvement continu de l’eau. Certains installateurs prévoient deux pompes, celle qui sera utilisée en continu étant d’un faible débit et donc d’une consommation moindre. Attention à la température de l’eau qui, si elle dépasse les 24 °C, encouragera la prolifération des bactéries : c’est bien pour les « bonnes » bactéries, qui participent à l’autoépuration de l’eau, c’est dangereux pour les éventuelles « mauvaises » bactéries qui coloniseraient le plan d’eau (Escherichia coli par exemple).
D’autre part, l’eau est naturelle, donc les grenouilles peuvent apprécier d’y vivre, et chanteront leur bonheur à partir du mois de mai…

Lire aussi

idees-piscine-piscines-35

Le budget piscine

Avec l’élargissement de l’offre, les budgets achat et installation varient fortement selon le type de piscines. De la piscine hors-sol à la réalisation de prestige, l’écart est énorme. Mais il est possible de dégager des budgets moyens selon les techniques de construction.

piscines vues du ciel

Bien choisir son pisciniste

Environ 2600 piscinistes (ou pisciniers, car les deux se disent) se partagent un marché de construction annuel de 28 000 nouvelles piscines (enterrées) et 20 000 piscines hors-sol. Voici les conseils pour faire le bon choix.

Les étapes de la construction

Les étapes de la construction

Une fois votre projet défini et votre piscinier choisi, la construction peut véritablement démarrer. Voici les différentes étapes à suivre pour que tout se passe bien, de l’élaboration du plan à la première baignade.