Menu

Après un début d’année difficile et un été qui, s’il a été plutôt bon, n’a pas suffi pas à rattraper le retard, l’arrière-saison est le moment d’optimiser son chiffre d’affaires pour terminer l’année au mieux. Pour améliorer sa gestion, deux axes sont à privilégier, l’accroissement du chiffre d’affaires, et la consolidation de la marge.

Augmenter son chiffre d’affaires

Pour la plupart des professionnels, travailler plus n’est tout simplement pas possible. Par contre, il est probablement possible de travailler mieux. Parmi les questions à se poser, celle de l’organisation est primordiale. Plus on est débordé, et plus elle est essentielle. Prendre le temps d’optimiser les trajets, les interventions sur sites et les achats semble coûter du temps mais se rélève toujours rentable. Il est également intéressant d’évaluer la productivité de son travail. En vous appuyant sur votre comptabilité, et en rapprochant les factures émises (moins les frais) et les heures et votre temps passé, vous pouvez estimer un taux de productivité horaire. En comparant temps facturé et temps effectivement fait, vous serez saisis par le gouffre qui sépare les deux. La mise en place de fiches d’intervention et un suivi plus rigoureux du temps passé, y compris au bureau, permettront une meilleure organisation et une facturation plus proche de la réalité.

Accroitre sa marge

La consolidation du taux de marge constitue une autre voie à explorer : vos produits et services sont-ils vendus à leur juste prix ? Le prix de vente étant le prix de revient margé, il convient de bien évaluer le prix de revient et tous ses composants : coûts d’achat, d’approvisionnement, de production, de l’administratif, auxquels on ajoute un taux d’aléas d’environ 15 %.
Pour calculer précisément le coût de revient, il existe des outils de pilotage performants. Bien utilisés, ils mesurent la capacité de l’activité à dégager des bénéfices.
Quand le coût de revient est clairement établi, c’est le moment de rajouter la marge qui permettra à l’entreprise de fonctionner et de prospérer. Bien sûr les clients sont attentifs au prix et mettent les devis en concurrence. Mais la tentation du prix cassé n’est bonne ni pour l’entreprise, car elle la fragilise, ni pour la profession dans son ensemble.
En mettant en avant vos qualités, votre expérience, votre produit ou votre savoir-faire,vous pouvez remporter des marchés sans être forcément le mieux placé sur le tarif. Mieux vaut parfois faire moins de piscines au prix juste qu’augmenter sa production en baissant sa rentabilité. Après la course de l’été, l’automne se prête à cette réflexion et à la réorganisation de l’entreprise.

Prendre le temps de faire un pré-bilan avec son comptable, identifier les points faibles de la gestion, mettre en oeuvre les solutions et prospecter de nouveaux clients, voilà des pistes à suivre pour optimiser sa fin d’année.

Derniers articles

Aucune donnée
Organisé sur les dates historiques de Piscine Global Europe, les 17 et 18 novembre prochains, ...
Photo de profil
Gaëlle Tarbo
Aucune donnée
Créés en 2006 par la Fédération des Professionnels de la Piscine et du Spa (FPP), les « Trophées de ...
Photo de profil
Gaëlle Tarbo
Aucune donnée
La dynamique du marché du traitement au sel (estimé à près d’1/3 du parc existant et il ne cesse de ...
Photo de profil
Celia Piareo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre Max

Le club des piscinistes
qui ont tout compris

Profil complet - Référencement optimisé - Vos photos mises en avant - Réception des demandes de devis - Rédactionnel et accompagnement digital personnalisés
Remplissez le formulaire et nous vous recontacterons rapidement

Boire un cocktail dans sa piscine

Offre Plus

Piscinistes
faites vous remarquer !

Profil complet - Référencement optimisé - Vos photos mises en avant - Réception des demandes de devis
Remplissez le formulaire et nous vous recontacterons rapidement

Plongeon dans la piscine