Menu
Description

Plus petite, mais surtout plus économe en eau, en produits chimiques et en énergie, la piscine ne cesse de réduire son empreinte écologique. Evolution technique des matériels, formation des professionnels et sensibilisation des propriétaires entraînent une consommation plus raisonnée des ressources.

Diminution de la taille moyenne d’une piscine

Dans les années 80, la taille moyenne d’une piscine privée était de 6 x 12 m (avec 1,80 m de profondeur). En 2019, elle est proche de 4 x 8 m (avec 1,40 m de profondeur). Résultat, entre 1980 et 2019, le volume d’eau a été divisé par 3. La France étant déjà bien équipée en piscines, et la surface des terrains se réduisant sans cesse, il est probable que la taille des piscines continue de diminuer, pour arriver à une taille moyenne de 3 x 7 m dans quelques années. L’essor des mini piscines est très révélateur de cette tendance de fond.

Consommation d’eau plus raisonnée

La consommation d’eau est elle aussi bien mieux maitrisée que par le passé. Rares sont les piscines que l’on vide entièrement l’hiver et dans l’hypothèse d’un renouvellement annuel d’un tiers du bassin, la consommation représente environ 15 m3/an. D’autre part, l’utilisation de couvertures et d’abris limitent fortement l’évaporation du plan d’eau, surtout si on pense à les utiliser les jours de grande chaleur ou de vent. D’autre part, les robots nettoyeurs, plus efficaces qu’avant, réduisent le nombre de contre-lavage nécessaires des filtres.

Gestion efficace du traitement de l’eau et de la filtration

L’amélioration des traitements de l’eau, les appareils de régulation et de contrôle, le soin apporté à l’équilibre de l’eau sont autant de paramètres qui font chuter la quantité de produits nécessaires au maintien d’une bonne qualité de l’eau. Cette tendance devrait elle aussi perdurer à l’avenir.
La filtration a divisé sa consommation d’énergie par 4 entre 1980 et 2015. Cela est dû en premier lieu à la baisse importante du volume d’eau à traiter, mais aussi au fait que les systèmes de filtration privilégient désormais l’allongement du temps de filtration à la puissance utilisée, pour une économie d’énergie significative. Les préfiltres sont plus performants pour soulager les filtres, et les nouveaux médias filtrants utilisés, type diatomées ou verre recyclé, offrent une finesse de filtration qui réduit le temps nécessaire à un bon traitement de l’eau. Pour finir, la domotique se développe pour optimiser les différentes étapes de la filtration. Et nous n’en sommes qu’au début.

CCEI
La domotique permet un contrôle beaucoup beaucoup plus fin des différents équipements de la piscine, et participe ainsi à la baisse des consommations d'eau, d'électricité et de produits chimiques. Photo CCEI

Meilleur rendement pour les PAC

Les chauffages, qui concernent un tiers des piscines installées en France, ont également beaucoup progressé. Les PAC (pompes à chaleur) et les chauffages solaires ont pris le pas sur les réchauffeurs et échangeurs, installés en masse dans les années 80. Les PAC ne cessent d’améliorer leur rendement, passant de 4 à 6, peut-être bientôt plus. Leur pilotage plus fin permet de les mettre en route quand c’est nécessaire, pour obtenir la température voulue au degré près, pas un de plus…

L’éclairage LED en piscine

Pour finir, l’éclairage, équipement quasi systématique aujourd’hui, a peu à peu remplacé les ampoules à incandescence de 300 watts par des LED de 30 watts, et on prévoit que demain, une seule LED de 15 watts sera suffisante pour la plupart des bassins.

Toutes ces avancées ne seraient rien sans les nouveaux gestes adoptés par les propriétaires de piscines. Rappelons les principaux :

  • Couvrir le plan d’eau quand il n’est pas utilisé pour limiter évaporation et pollution,
  • Remplacer la pompe de filtration par une nouvelle moins puissante, éventuellement à vitesse variable
  • Maintenir un bon équilibre de l’eau pour limiter l’usage des produits chimiques,
  • Adapter le temps de filtration à la température de l’eau.

Il est à noter que la profession est très impliquée dans cette démarche écologique vers une piscine basse consommation. Dès 2006, la FPP (fédération des professionnels de la piscine) a créé une commission dédiée au développement durable, qui a notament mis au point un logiciel de calcul de l’impact carbone d’exploitation d’une piscine. Les engagements en faveur de l’environnement font également partie des points clés de la charte Propiscines, le label créé par la FPP pour promouvoir et accompagner les professionnels dans une démarche de qualité.

photo de haut de page : Piscines Plage

Derniers articles

Les professionnels nous connaissent depuis longtemps sous le nom de L'Annuaire de la Piscine ...
Photo de profil
Adeline Le Baron
La domotique piscine améliore le confort des propriétaires de piscine et c'est une tendance qui ne ...
Photo de profil
Gaëlle Tarbo
Plus petite, mais surtout plus économe en eau, en produits chimiques et en énergie, la piscine ne ...
Photo de profil
Celia Piareo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OFFRE MAX

Le club des piscinistes
qui ont tout compris

Vous voulez en savoir plus ? Nous attendons vos infos pour vous contacter.

OFFRE PLUS

Piscinistes
faites vous remarquer !

Dites-nous qui vous êtes et nous vous recontacterons rapidement