Les nouveaux médias filtrants
Entretien, Pisciniers, Produits, Tendances

Les nouveaux médias filtrants

De nouveaux matériaux filtrants débarquent sur le marché. Utilisés en remplacement du sable, ils promettent une meilleure filtration, et des économies d’eau et de produits de traitements. Les consommateurs approuvent.

Les principaux filtres présents sur le marché de la piscine

Ils sont par ordre d’importance le filtre à sable, le filtre à cartouche et le filtre à diatomée. Chacun remplit son office, soit filtrer l’eau à travers une matrice fine, pour la débarrasser de ses impuretés. La finesse de filtration est un critère essentiel, qui varie selon les types de filtres et de médias filtrants. Plus la finesse de filtration est importante, moins on aura à utiliser de produits de traitement de l’eau pour garder l’eau cristalline.

  • Le sable : environ 30 à 50 microns.
  • Les cartouches : environ 15 à 30 microns.
  • Diatomées : environ 5 microns.

Le filtre à sable est de loin le plus répandu. Economique, il assure une filtration correcte, mais pas très fine. Il faut souvent ajouter un produit floculant pour augmenter ses performances. Il a tendance à colmater, et nécessite de faire de fréquents contre-lavages. Mais son principal défaut est que les impuretés de l’eau déposent peu à peu sur le sable une substance gluante, le biofilm. Le biofilm est une mince couche visqueuse de substances organiques qui se fixe sur le sable du filtre (mais que l’on peut aussi trouver sur les parois des tuyaux). Le biofilm se compose de polysaccharides, qui sont résistants au chlore et au brome. Dans le biofilm vivent des bactéries, des amibes, des algues, des champignons… Il emmagasine également la saleté (résidus de savon, huiles corporelles) ainsi que du calcium (calcaire).

Qu’est-ce que le biofilm ?

Le biofilm participe à l’agglomération des grains de sable entre eux, réduisant la performance du filtre, et accélérant le colmatage. Il favorise également la formation de chloramines, à l’origine de l’odeur de chlore et des irritations de la peau et des muqueuses. Un nettoyage régulier permet de retarder le phénomène, mais à terme l’encrassement du filtre est inévitable. Le sable, qui occupe les 3/4 de la cuve du filtre, doit être changé tous les 7 ans en moyenne. Au moment de le renouveler, on peut opter pour un des nouveaux medias filtrants plus performants, la zéolithe et le verre. Ils s’adaptent aux filtres à sable, et ne nécessitent aucune intervention supplémentaire dans le local technique.

La zéolite

La zéolite est une poudre minérale provenant de pierres d’origines volcaniques. Son principe de filtration est strictement identique au sable. Il peut donc le remplacer totalement ou en partie. Sa capacité de filtration est cependant bien meilleure que celle du sable.

Performances de la zéolite :

  • La zéolite a une structure extrêmement poreuse lui permettant une finesse de filtration de l’ordre de 5 microns, soit proche des filtres à diatomées.
  • Peu de perte de matière filtrante lors des contre-lavages car la zéolite se présente sous forme de gros grains. Elle participe à limiter la formation des algues.
  • Elle absorbe les AOX (dioxine, chloramine) qui sont des éléments cancérigènes naturellement présents dans l’eau.
  • Elle retient l’ammoniaque provenant des matières organiques. Pour les piscines traitées au chlore, cela limite la formation des chloramines, responsables des odeurs de chlore et des irritations de la peau et des muqueuses.
  • Certaines Zeolites sont dites activées. Cela permet d’optimiser et d’augmenter la capacité de captation de certaines particules polluantes, plutôt que d’autres, telles que l’amonium, l’amoniaque, etc…

Inconvénients de la zéolite :

  • Plus chère que le sable, mais la quantité nécessaire est inférieure. Pour remplacer 100kg de sable, vous utiliserez 70 à 80kg de zéolite.
  • Elle n’empêche pas la formation du biofilm, et les bactéries dans le filtre. Celui-ci s’encrasse donc au fur et à mesure de son utilisation.
  • N’est pas compatible avec les traitements à l’hypochlorite de sodium et l’hypochlorite de calcium

Ce média filtrant est surtout utilisé pour les piscines collectives, mais progresse sur le marché des piscines privées. Sable et zéolite peuvent aussi être mélangés. Cette combinaison permet d’améliorer la finesse de filtration, en fonction de la quantité de zéolite, tout en limitant les coûts.

Le verre recyclé

Voilà la dernière née des matières filtrantes, en plein essor depuis 2014. Apparu récemment, le verre recyclé présente de précieux avantages. Il s’utilise sous forme de granulés de verre recyclé et poli afin d’être non coupant. De couleur verte (oxyde de chrome), marron (oxyde de fer) ou transparent, sa granulométrie varie de 0,4 à 3 mm.

Performances du verre recyclé :

  • une finesse de filtration d’environ 15 microns.
  • supporte la floculation, qui peut abaisser la finesse de filtration à 5 microns.
  • Gêne la formation du biofilm. Les parois lisses des granulats empêchent les pollutions de l’eau de se coller, et sont plus facilement évacuées lors du contre-lavage.
  • La matière ne colmate pas. Après plusieurs années, il est toujours possible de plonger la main dans le verre, sans avoir un effet de masse dure.
  • Les contre-lavages étant plus faciles et plus courts, ils consomment beaucoup moins d’eau et d’énergie. Les bactéries étant limitées, l’action des produits de traitements se concentre essentiellement sur l’assainissement de l’eau et non du filtre. Conséquence, une consommation réduite de produits de traitements.
  • Sa durée de vie est environ 3 fois supérieure au sable (données fabricants).

Le verre est naturellement chargé négativement, ce qui a pour effet d’attirer les matières en suspension  naturellement chargées positivement (phénomène d’adsorption). Certains fabricants parlent d’activation du verre pour renforcer son efficacité. Le verre activé AFM (fabriqué par Dryden Aqua et commercialisé en France par Bayrol et Hydralians) bénéficie d’un procédé breveté consistant en 3 phases au cours desquelles la structure du verre est modifiée au niveau moléculaire. Le verre est un aluminosilicate, les processus d’activation démultiplient les propriétés naturelles de certains verres colorés (couleur verte). Le processus de production augmente les capacités du verre en augmentant ses capacités catalytiques, en contrôlant sa charge de surface et en augmentant sa surface développée. Chargée négativement par ce procédé spécial, cette surface activée aux propriétés autonettoyantes permet une plus grande neutralisation des impuretés, même les plus petites. Ainsi, l’AFM filtre au minimum 30% de matières organiques en plus que le sable.

Inconvénients du verre recyclé :

  • Ce média filtrant est plus cher que le sable. Le verre se négocie à environ 20 à 30 euros les 25 kg, il faut compter environ 39 euros pour le verre activé, en sacs de 21 kg.

Les propriétaires de piscines privées sont de plus en plus attirés par ce nouveau media qui leur permet de limiter l’entretien en évitant significativement le phénomène d’encrassement du filtre. Une tendance qui devrait se confirmer dans les années à venir.

À propos de l'auteur

Related Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.